Meilleur Broker :

Le Brexit met les marchés sous tension

Posté par

Historique et surprenant, c’est bien ce qui résume le résultat du référendum britannique du 23 juin 2016 qui devait déterminer l’avenir de la Grande-Bretagne au sein de l’UE. Bookmakers, courtiers, analystes, tout le monde a été pris de court par la victoire du « Leave » alors que plusieurs sondages donnaient gagnant le camp du maintien.

eu_no_uk_1

Évidemment, la période d’incertitude qui a précédé le vote n’était point propice à la prise de risque et ne laissait d’autre choix que celui de l’attentisme en attendant le verdict des urnes. Il fallait donc mieux se mettre à l’abri de toute surprise désagréable à l’issue d’un évènement aussi important.

Montrant déjà quelques signes de nervosité avant le vote, les marchés se sont affolés au lendemain du scrutin affichant une forte volatilité. Une situation qui suscite notre intérêt et nécessite une analyse efficiente pour être gérée au mieux.

Comment tirer profit du vote britannique ?

Il faut déjà réduire au maximum la prise de risque pour les jours à venir et jouer la prudence à l’extrême. Les indices devraient dévisser encore un certain temps, du moins jusqu’à ce que les banques centrales se coordonnent pour stabiliser les marchés.

L’or et le dollar en valeurs refuges 

Comme il est de coutume en période de crise, les devises refuges seront évidemment très sollicitées par les investisseurs dans les mois à venir. Le Brexit ayant réveillé les velléités « sécessionniste » de certains membres de l’UE et ouvert une période d’incertitudes économiques, les investisseurs devraient se ruer sur l’or, l’argent et également le dollar. Investir dans ces valeurs dites « sûres » leur permettant de sécuriser leurs liquidités.

Tant que l’or se maintient au-dessus de 1300 $, nous pensons miser sur les positions haussières et visons à court et moyen terme, les 1400 $.

Concernant la parité Eur/Usd, la stratégie est la même ! Nous préférons tabler sur un recul de l’euro face au dollar à court et moyen terme. En dessous de 1.13 $, la parité sera nettement sur une tendance baissière, poussant éventuellement la BCE à agir comme l’avait envisagé Mario Draghi en cas de Brexit. Toute nouvelle action de la BCE qui mène déjà une politique monétaire très interventionniste ne ferait que diluer la valeur de l’euro.

L’or noir en souffrance

Coté pendant un temps au-dessus de 50 $, le baril WTI se retrouve dans l’impasse. En cause, le Brexit dont les répercussions économiques à l’échelle mondiale pourraient freiner la demande de pétrole. Ce qui représente pour nous un signal important d’une reprise baissière dans les mois à venir. Toute prise de positions haussières serait extrêmement risquée tant que le cours demeure sous le seuil de 50 $. Cela explique pourquoi nous privilégions une baisse du baril WTI tant qu’aucun chiffre ou évènement économique majeur ne vient changer la donne.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*